legroupe

[breadcrumb_custom]

AUX PRÉMICES

Société Anonyme d'Économie Mixte de Financement et d'investissement

La SAEML NORD AVENIR, créée en janvier 2014, est un dispositif provincial d’appui à la densification du tissu économique, issu de la réorganisation du Groupe SOFINOR. Elle poursuit ainsi l’action de développement des activités de diversification (hors mines) menées par la SAEML SOFINOR depuis sa création en 1990.

La constitution par la SOFINOR d’un groupe de sociétés dans les secteurs de développement prioritaires

LeGroupe-HistoireduGroupe-Auxprémices-Photo1La Société de financement et d’investissement de la province Nord – la SAEML SOFINOR – est constituée en septembre 1990, conformément à la délibération de l’Assemblée de la Province Nord du 12 juillet 1990, qui décide de confier à la société d’économie mixte l’acquisition de 87 % des actions de la Société minière du Sud Pacifique – la SMSP. En créant la SAEML SOFINOR, la Province Nord affiche sa volonté d’assumer pleinement l’objectif de rééquilibrage économique qui constitue l’orientation politique majeure fixée par les accords de Matignon-Oudinot signés en 1988. L’opportunité de racheter à Monsieur Jacques Lafleur la SMSP, et les actifs qu’elle porte dans l’exploitation minière et l’hôtellerie, lui offre la possibilité de se doter rapidement d’un outil de développement économique, déjà présent dans deux secteurs clefs. Pour la première fois, une collectivité néo-calédonienne s’implique dans des activités économiques importantes en postulant que seule l’initiative publique, en l’absence de dynamique privée, est susceptible de créer les conditions déterminantes du rééquilibrage voulu.

Une dynamique fondée sur la diversification économique et l’implication des populations locales

Les actionnaires (la Province Nord et l’ICAP), les administrateurs et les dirigeants de la SOFINOR ont plusieurs défis à relever dès 1990. Il s’agit à la fois de faire fonctionner ce groupe de sociétés de manière durable et de démontrer que les fruits de l’exploitation du sous-sol néo-calédonien doivent bénéficier directement à la Nouvelle-Calédonie pour lui permettre de développer son économie de manière pérenne.

Parallèlement à la consolidation des activités minières et touristiques, la SOFINOR se consacre rapidement à la diversification de ses opérations. Elle prospecte toutes les dimensions du rééquilibrage économique : la dimension territoriale, en favorisant le déploiement d’activités dans le Nord du pays, mais également, au sein même de la Province Nord, dans les communes et les régions excentrées les moins développées ; la dimension sociale et culturelle, en faisant entrer les populations du Nord dans le circuit économique, tout en préservant leur mode de vie ; la dimension économique, qui suppose de valoriser au mieux les ressources que le territoire de la Province Nord recèle.

La SODEPAR (Société de développement et de participation), filiale à 99,9 % de la SOFINOR est créée en octobre 1991 et constitue le premier instrument de la diversification. Son objet social est de promouvoir toute entreprise, toute activité susceptible d’apporter de la valeur ajoutée et du développement économique en Province Nord. Plus concrètement, la SOFINOR offre, à travers la SODEPAR, son partenariat à ceux qui, dans le Nord, veulent participer au développement économique mais n’en auraient pas seuls l’opportunité ni les moyens. L’objectif est d’amener les populations locales à s’ouvrir au développement, de faire émerger un tissu économique sur tout le territoire de la Province Nord, et de mobiliser l’initiative locale dans des projets qu’il paraît cohérent de conduire sur ce territoire. A compter de 1995, la SODEPAR constitue, en partenariat avec les habitants des communes de Pum (Poum), Bwapanu (Kaala-Gomen), Nèkö (Poya), des sociétés de sous-traitance de travaux sur mine (roulage, chalandage, tâcheronnage) qui contribuent à faire naître une activité économique dans les communes proches des principaux centres miniers de la SMSP. Les partenaires locaux du groupe SOFINOR détiennent une proportion importante de l’actionnariat de ces sociétés. Ils peuvent se voir transférer la gestion de l’entreprise. La SODEPAR leur apporte un soutien technique et financier dans l’organisation, le contrôle, la gestion administrative et comptable de la société.

La SOFINOR adopte la même démarche volontaire dans d’autres secteurs économiques. En 1992, elle s’engage dans l’exploitation de fermes aquacoles de crevettes, qui se développe surtout en Province Sud. Le Nord offre un potentiel important de sites aménageables. En outre, l’aquaculture présente deux atouts : elle permet de créer des activités dans des zones excentrées par rapport aux flux économiques existants ; elle offre des emplois saisonniers conciliables avec le cycle des autres activités, notamment en tribu. La SOFINOR crée la ferme aquacole Webuihoone, en partenariat avec l’ICAP, des habitants du village de Vook (Voh) et de toutes les tribus de la commune. Cette structure constitue le premier investissement du Groupe dans le secteur alimentaire. En 1992 toujours, le groupe SOFINOR ouvre l’hôtel Koulnoué Village à Hyehen (Hienghène), en y associant des petits porteurs, via un GDPL représentant les ayant-droits fonciers coutumiers du site. Les emplois permanents et saisonniers y sont pourvus par les habitants des tribus de Hyehen (Hienghène), grâce à une politique de formation ciblée.

La politique mise en œuvre au début des années 90 par le groupe SOFINOR présentait des risques certains en termes strictement économiques et financiers. Elle était pourtant indispensable pour répondre aux attentes des populations du Nord très marginalisées sur le plan économique. Aujourd’hui, les réalisations sont tangibles : les sociétés de sous-traitance minière, la ferme de Webuihoone, l’hôtel Koulnoué Village, sont toujours en activité et font vivre localement plusieurs dizaines de familles. NORD AVENIR qui a pris le relais de SOFINOR est associée en capital à plus de mille petits porteurs issus des régions où les sociétés du Groupe exercent leur activité.

Transformation et industrialisation

Forte de l’expérience acquise par certaines de ses filiales, la SOFINOR prend un tournant important à partir de 1995 en investissant dans des activités de transformation et en empruntant la voie de l’industrialisation.

L’activité minière du Groupe en est le fer de lance. La SMSP atteint en 1995 le premier rang mondial des exportateurs de minerai de nickel. La transformation de ce minerai de nickel en métal devient une étape logique qui lui permettra de multiplier par cinq la valorisation locale de cette activité et l’aidera à résoudre le problème du sous-emploi en Province Nord, dont le corollaire est l’exode rural des LeGroupe-HistoireduGroupe-Auxprémices-Photo2populations vers le Grand Nouméa. Sous l’impulsion de la Province Nord, qui demande la réalisation d’une usine de traitement du minerai de nickel sur son territoire pour permettre son décollage économique, de longues négociations débutent en 1996 avec l’Etat français, la Nouvelle-Calédonie, Eramet, Le Nickel-SLN, Falconbridge. Elles aboutiront en décembre 2005 à la décision irrévocable de la SMSP et de son partenaire de construire l’usine du Nord. Les grands travaux de construction commencent fin 2007 sur le site de Vavouto. La SMSP a par ailleurs conclu en 2006 un partenariat avec l’aciériste coréen POSCO, qui lui confère des intérêts majoritaires dans l’usine de traitement du minerai néo-calédonien en Corée du Sud, la SNNC (Société de Nickel de Nouvelle-Calédonie et de Corée), et lui offre le statut de métallurgiste à part entière.

La SOFINOR poursuit le même objectif dans le secteur agroalimentaire, identifié comme une priorité. Elle soutient la filière crevettes en Nouvelle-Calédonie en entrant fin 1997, au capital de la SOPAC, société de transformation, de conditionnement et de commercialisation de produits de la mer. La SOPAC construit par la suite une usine de conditionnement à Koohnê (Koné), la STANC, qui conforte les perspectives d’exploitation des sites aquacoles du Nord.

Dans la gestion de son activité touristique et hôtelière, le Groupe prend également plus d’autonomie. La SOFINOR a d’abord recouru à des partenaires internationaux, professionnels du tourisme, comme le groupe Accord et le Club Méditerranée, auxquels elle a confié la gestion de certains de ces établissements. A compter de 1997, elle a regroupé ses sociétés hôtelières au sein d’un pôle, conduit par la Compagnie d’investissement touristique – la CIT – détenue directement par la holding.

La SOFINOR, enfin, a pris pied dans des projets structurants en Province Sud, principal marché et cœur de l’économie calédonienne, pour mieux déporter les effets du développement du Grand Nouméa, qui ne se répercutaient pas naturellement dans le Nord.

Premice3

Des partenariats pour accompagner le décollage économique du Nord

La SOFINOR a accueilli depuis la fin des années 1990 l’implantation de nouveaux acteurs économiques privés ou semi-publics en Province Nord. Lorsqu’elle a été sollicitée, elle a décidé de les accompagner en prenant des participations minoritaires dans les sociétés que ces nouveaux promoteurs constituent. En 2005, elle participe ainsi avec un investisseur privé à la création de sociétés d’exploitation de carrières et de fabrication de béton à Koohnê (Koné). En 2006, elle entre dans la SAEML Grand projet VKP, entité constituée par la Province Nord et les communes de la région VKP (Vook-Koohnê- Pwëbuu) pour assurer la conduite des opérations d’aménagement et de construction des infrastructures qui leur sont nécessaires, du fait de la construction de l’usine du Nord.

Pour préparer l’arrivée de l’usine du Nord et anticiper les besoins de lotissements et de logements dans la région VKP, la SOFINOR a fait l’acquisition dès 1992 de foncier stratégique. En 2002, son conseil d’administration entérine le projet de viabilisation de lotissements et de construction de logements sur les terrains qu’elle détient : lotissements Green Acre, Poadjane (en terres coutumières) et Samanéa à Koohnê (Koné).

La SOFINOR a ainsi constitué un véritable groupe de sociétés, tout en s’efforçant de rester fidèle à sa mission originelle. Par sa stratégie alors basée sur les opportunités économiques de développement du Nord, avec l’appui de la population et de sa collectivité de tutelle, le groupe SOFINOR occupait ainsi en 2014, au moment de sa réorganisation, des positions fortes dans différents secteurs d’activité : un des premiers exportateurs de minerais et de produits de la mer, un acteur majeur du secteur hôtelier, un des premiers groupes alimentaires de Nouvelle-Calédonie et un acteur mondial de l’industrie du nickel. Le Groupe avait ainsi acquis une dimension internationale.